Contenu :

Communication/Conférences : 17 études scientifiques parlent de « pandémie mondiale » provoquée par les faux médicaments et les médicaments de mauvaise qualité

Communication/Conférences : 17 études scientifiques parlent de « pandémie mondiale » provoquée par les faux médicaments et les médicaments de mauvaise qualité

20 avril 2015 - www.washingtonpost.com

Selon des chercheurs, le manque persistant de médicaments fiables, dans les pays pauvres, menace la lutte et les efforts scientifiques effectués depuis des décennies contre le paludisme, le VIH/ Sida et d’autres maladies graves. Le professeur de santé publique de l’Université de Caroline du Nord, Jim Herrington, précise que cette pandémie est omniprésente et sous-estimée. Celle-ci est plus particulièrement virulente dans les pays à faible ou moyen revenu dans lesquels les règlementations sont insuffisantes ou inexistantes. Des articles scientifiques, financés en partie par la fondation Bill et Melinda Gates, indiquent que le nombre de morts parmi les enfants africains, attribuable à des médicaments antipaludéens de faible qualité ou falsifiés s’élève, en 2013, à 122 000. Par ailleurs, d’autres études montrent que 41% des antipaludéens et anti-tuberculoses ne répondent pas aux spécifications de qualité. Malgré les différentes enquêtes, indicateurs de l’ampleur du problème, il reste impossible de déterminer à quel point les médicaments contrefaits sont omniprésents. On suppose que les médicaments falsifiés représentent environ 75 milliards de dollar annuellement. Ce problème affecte les pays pauvres dans lesquels sévies le paludisme et d’autres maladies infectieuses mais également les médicaments contre le cancer, les maladies cardiovasculaires et d’autres maladies graves. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) travaille activement pour déloger les réseaux criminels.